L’écoute du coeur

Notre relation est en pleine évolution, à ma douce et moi.

Depuis quelques mois, j’ai décidé de chercher plus assidûment une soumise et petite soeur de ma douce. Si cette recherche était programmée et désirée par nous deux et que j’imaginai qu’elle apprendrait beaucoup à ma douce sur nous, j’imaginai pas que j’en apprendrai sur moi autant. Au fur et à mesure que la recherche s’affirmait, je mesurais des moments d’incompréhension avec ma douce.

Dans l’avenir, elle serait deux douces. Je comprenais la crainte de ma douce à l’arrivée d’une petite soeur, un petit ange descendu auprès de nous. Ouvrir la porte de nos sentiments à une nouvelle personne, ouvrir son coeur aussi car il est nécessairement à vif pour ma douce qui accueille aux pieds… son saint des saints un nouvel être, n’est point simple.

Et ce qui m’apparaissait simple à mes yeux, ne le fut pas et je ne comprends qu’à présent un peu pourquoi.

Je pensai que l’arrivée d’une petite soeur avec qui nous avons beaucoup conversé nous affecterait ma douce et moi dans le fait que ce microcosme s’agrandit mais ne changerai pas notre relation de l’un à l’autre. L’arrivée de ma seconde douce avec son petit caractère, ses petits besoins auprès de ma douce, auprès de moi, nous ont permis de découvrir plusieurs aspects délicats dans notre relation.

Cette délicatesse que je pensai être lié à la confiance n’était que la négligence du Maître, ma négligence, pourtant ma douce m’avait sensibilisé sur cet aspect avec la plus grande réserve (celle d’attendre du Maître sans demander). Si vous demandez à votre soumise si elle est heureuse avec son Maître, elle vous dira toujours oui, même si celui-ci est un petit despote, car une relation si intense naît d’un amour qui grandit malgré toutes les brimades possibles.

Je comprends, avec les besoins de sa petite soeur, ma douce nouvellement arrivée pas encore éduquée même si sa place l’attend, m’exprime parfois maladroitement, mais toujours avec un bon sentiment les petites imperfections que j’ai eu avec ma douce, oubliant les petites gestes qui sont aussi importants que les pensées.

Je me réveille heureux de le découvrir mais le coeur serré de lui avoir donner si peu de moi.

Bienvenue à sa petite soeur aux pieds. Mes douces ne forcez jamais votre Maître, mais demandez-lui toujours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site accessible uniquement aux plus de 18 ans

N/ous vous invitons à indiquer votre âge avec lequel vous attestez être majeur(s)